Joyau méconnu des Yvelines, le château des Mesnuls

Briques, pierres, temps & poussière ont fait leur œuvre sur celui qui domine le petit village des Mesnuls (78). Politiciens, dirigeants de l’armée, artistes ou encore banquiers se succédèrent au Château des Mesnuls et participèrent ainsi à magnifier ce qui ne fut qu’un simple manoir provincial. 

Une construction au fil des ans

C’est en 1230 qu’Ernaut des Mesnuls pose la première pierre de ce qui n’était alors qu’un manoir sur l’emplacement actuel du château. Le manoir va devenir la résidence successive des seigneurs du village et de l’entourage des Rois. Le manoir laisse place à la première partie du château grâce à Christophe de Refuge, le quatrième fils d’Henri II, en 1540. Le bâtiment est alors composé de deux étages, dont une première aile basse et une poterne à deux tourelles (encore présente in situ). La participation de Christophe de Refuge est importante en ce qu’elle a donné une véritable première structure au château. Il faut attendre une trentaine d’années pour assister aux deux plus importantes améliorations structurelles. Robert Combault acquiert le château des Mesnuls en 1575. Cinq années plus tard, la construction de la partie gauche du corps central du château actuel débute. La brique habille cette nouvelle partie du bâtiment et les maçons ont alors le loisir de disposer ces briques en chevrons, à la verticale ou en fougères.  A la mort de Robert Combault, le notaire et secrétaire d’Henri IV, Bénigne Bernard, s’empare du Château des Mesnuls. Parmi les invités prestigieux que le maitre des lieux a reçu dans ce château, Louis XIII y est reçu et y dine le 4 juin 1620. Le notaire d’Henri IV fait construire la partie droite du corps central du château actuel en 1630. 

A la suite de ces deux derniers propriétaires ô combien bâtisseurs, différents personnages proches du pouvoir qui acquièrent le château comme le comte Louis de Maupeou, lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Béthune, frère du célèbre chancelier (1776), et du financier Jean-Adrien Le Roy de Camilly (1791) ajoutent eux aussi leur pierre à l’édifice.  En effet, grâce à eux, le château hérite des ailes ouest et est basses ainsi que d’un pédiluve pour les chevaux et les roues des carrosses. La structure du château est alors celle que nous connaissons aujourd’hui. 

Jean Chrissoveloni ou l’art de l’aménagement

L’aménagement du parc et du château sera quant à lui réalisé par Jean Chrissoveloni, un banquier de renom, à partir de 1924 à l’aide d’œuvres d’art et d’éléments monumentaux provenant de différentes régions françaises et même d’outre-manche. Il fait parvenir l’escalier d’honneur à balustres de pierre et décoré de palmes et de lauriers du château de Courcelles (02) qui fut érigé en 1643 par Jacques Madrian, des boiseries Renaissance provenant d’Oxford, la vasque de pierre Renaissance de la cour d’honneur, la grille en fer forgé est celle du château de Saint Hubert au Perray en Yvelines (démoli en 1785) …etc. Quant à l’aménagement du parc, il fait construire l’escalier courant sur toute la façade Nord et met en place les terrasses et la pièce d’eau en forme de T. Dans le but d’agrémenter le parc, Jean Chrissoveloni acquiert une œuvre exceptionnelle : une partie du cloitre roman du XIIème siècle de Saint-Genis des Fontaines (Pyrénées Orientales). Cette partie du cloitre constituant un ensemble complet se situait à côté de la pièce d’eau du château. En 1983, la famille Chrissoveloni restitue à la commune de Saint Genis les pierres de son cloitre. Cette puissante famille a donc eu un important impact sur le château et son parc grâce à leur fortune. Elle reste d’ailleurs propriétaire du château des Mesnuls jusqu’en 1987 mais l’histoire de ce château ne s’arrête pas là. 

Il est également témoin de la Seconde Guerre Mondiale en deux occurrences. Lors de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie de la France est alors occupée. Le château des Mesnuls n’est pas une exception. Il est occupé par l’amiral Karl Döenitz, commandant en chef de la marine de guerre allemande. 

De plus, de 1947 à 1970, le château est loué par la famille Chrissoveloni à un centre de formation pour enfants orphelins handicapés par la guerre crée par la Baronne Mallet. Le château est alors complètement réaménagé en dortoirs, réfectoires et salles de soins. Une brochure datant des années 60 explique que le centre était en mesure « d’assurer une réhabilitation complète de l’enfant en lui apprenant la rééducation motrice, l’enseignement scolaire et la formation professionnelle ». L’horlogerie de réparation, les emplois de bureau et de comptabilité, la cordonnerie/botterie et l’horticulture sont les différentes formations proposées par l’établissement. 

Et le château se transforma en un « château de famille »…

Le destin du château des Mesnuls évolue encore à partir de 1987, la structure de soin va être acquise à partir de 1987 par le groupe Thomson-CSF car Nicolas Chrissoveloni, héritier, ne peut plus subvenir à l’entretien du château. Le château va alors être complètement restauré et utilisé comme centre de séminaires internes. Natalie de Noailles a gagné le pari fou de restaurer la bâtisse en quinze mois seulement. Elle explique dans une interview donnée au magazine AD N°29 février 1991 que le groupe Thomson lui a demandé « de recréer un château chaleureux, un peu comme un château de famille ». C’est pour cette raison que l’on trouve à l’intérieur du château des meuble de différents styles et époques. Cette envie de la part du groupe est cohérente avec l’histoire du château, un château qui a été un témoin privilégié de l’Histoire de France, depuis 1230.

Magazine AD n°29 février 1991 édition française. « Les plus belles maisons du monde »

Parmi le mobilier, nous retrouvons des vases chinois, un buffet Napoléon III, des poutres Renaissance ou encore la commode Empire surmontée du portrait du XVIII eme dans la chambre principale. Certaines parties du château sont classées monument historique le 7 mai 1975 comme les façades et toitures, le grand escalier intérieur d’honneur, les plafonds à la française du corps de logis du château, la porterie et l’orangerie, le bassin avec sa vasque de la cour d’honneur, la balustrade ajourée de la grande terrasse et les restes architecturés du grand bassin. L’on perçoit encore une fois ici l’importance des travaux réalisés par Jean Chrissoveloni à travers les nombreux éléments du parc qui sont classés et donc protégés. Le reste du château est seulement inscrit au titre des monuments historiques depuis le 16 novembre 1945. 

 En 2007, la société Chateauform acquiert le château pour offrir également des activités de séminaires, perpétuant ainsi la vie de cet édifice. Les lourdes portes du château des Mesnuls sont encore loin de se fermer…  

Par Colombe Cissé pour Héritages

A retenir

  • 1230 : Ernault des Mesnuls pose la première pierre du manoir

  • 1540 : Christophe de Refuge le transforme en château

  • 1575-1800 : Extension du château notamment par Robert de Combault et Louis de Maupeou

  • 1924 : Aménagement par le banquier Jean Chrissoveloni

  • 1947-1970 : centre de formation pour enfants orphelins handicapés par la guerre crée par la Baronne Mallet

  • 1987 : Acquis par le groupe Thomson

  • 2007 : Acquis par la société Chateauform qui en fait un lieu de séminaires pour les entreprises

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s