Top 5 des raisons de dire que Jacques Chirac a mis des paillettes dans le monde de l’Art

1- Quai Branly

Le musée du Quai Branly a vu le jour en 2006 sous l’impulsion de Jacques Chirac. Il rassemble des œuvres des civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques. Une phrase qu’il a prononcé résume bien tout l’engagement qu’il a eu pour l’art à travers la création de ce musée parisien si particulier : « une civilisation sans écriture, sans structure étatique n’est pas pour autant dépourvue d’imaginaire, de culture, de spiritualité. »  C’est avec cette farouche volonté de montrer au grand public la beauté de civilisations trop souvent ignorées que Jacques Chirac participe à l’élaboration de ce musée si singulier. 

Musée du Quai Branly

2 -Poursuite du projet Beaubourg

« Notre-Dame de la Tuyauterie », « pompidolium », « verrue d’avant-garde » tels étaient les qualificatifs employés à l’égard du projet porté par Georges Pompidou en plein cœur de Paris. Le projet Beaubourg a longtemps été décrié, raillé, moqué mais c’était sans compter sur l’obstination de Georges Pompidou. 681 projets différents avaient alors été proposé à Monsieur Pompidou en ce qui concerne le centre d’Art dont il rêvait. A sa mort, en 1974, Jacques Chirac alors Premier ministre, décide de poursuivre contre vents et marées le projet et l’idée exacte qu’avait Georges Pompidou.  Le 31 janvier 1977, le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou voit alors le jour, grâce à l’implication de celui qui dédie une grande partie de sa vie à l’Art.

Jacques Chirac en discussion avec l’architecte du centre Pompidou, Renzo Piano (1974)

3- Acteur majeur de la rénovation du Musée Guimet 

« En fervent amoureux de Guimet, depuis longtemps, cette inauguration me comble de joie. » Le discours que prononça Jacques Chirac à l’occasion de l’inauguration après rénovation, du Musée national des arts asiatiques Guimet, à Paris, le 15 janvier 2001témoigne de son amour profond, ancien et sincère pour les arts asiatiques. Ses biographes racontent tous la même anecdote à propos de sa jeunesse : il séchait les cours pour arpenter les allées du musée Guimet devant lequel il devait passer quotidiennement. C’est donc tout naturellement que Jacques Chirac a décidé, dans sa politique culturelle, de permettre la rénovation du Musée Guimet. Toujours dans ce même discours, le Président de la République explique vouloir mettre en place quatre sortes « d’ouvertures ». En premier lieu, il évoque une ouverture du musée en lui-même, accueillir de nouvelles cultures et civilisations. Dans un deuxième temps, il souhaite « donner plus de fluidité et de cohérence au parcours ».

Chirac au musée Guimet (2001)

4- Lancement de l’année de la France au Japon

Jacques Chirac est un véritable passionné du Japon et de l’Art japonais depuis toujours. Le 28 avril 1998, il inaugure l’installation de la Statue de la Liberté dans la baie de Tokyo, marquant ainsi le début de l’année de la France au Japon. La Statue de la Liberté y restera jusqu’en janvier 1999. Le projet de l’année de la France au Japon est un projet de grande envergure. Plus de 400 manifestations ont eu lieu dans ce cadre à travers des spectacles, un salon du livre, des compétitions sportives..etc. Ce pacte d’amitié a permis le rayonnement de la culture française jusqu’à l’autre bout du monde. Afin de clôturer de la plus « française » des façons cette action, La Liberté guidant le peuple » de Delacroix a voyagé jusqu’au pays du soleil levant …

Jacques Chirac et le premier ministre japonais

5- Jacques Chirac œuvre pour le Louvre 

Le Louvre a lui aussi été un heureux bénéficiaire de l’implication de Jacques Chirac dans le monde de l’Art et de la Culture. Alors qu’il n’était encore que Maire de Paris, il a manifesté un important soutien au projet de la Pyramide qui suscitait à l’époque de vives réactions de la part d’une partie des Français.  De plus, le département des Arts de l’Islam est également né de la volonté de Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy et François Hollande ne feront que poursuivre le projet. Depuis les travaux du Grand Louvre, la conception, la construction et l’aménagement de ce département des Arts de l’Islam a été le chantier le plus important. Encore une fois, Jacques Chirac marque son envie « d’ouverture sur le monde » dans le monde de l’Art. 

Le département des arts de l’Islam au Louvre

Par Colombe Cissé pour Héritages

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s