Madame Elisabeth en son domaine

« Ma soeur, vous êtes ici chez vous. Ce sera votre Trianon »

Une des nombreuses légendes entourant les Bourbon demeure en cette phrase probablement prononcée par Marie Antoinette et adressée à Madame Élisabeth de France en 1783 lorsque que le Domaine de Montreuil fut confié à cette dernière. Le Domaine de Madame Élisabeth se situe dans les Yvelines (78) et est composé d’une bâtisse principale ainsi que d’un parc et d’une orangerie, cette modeste « maison de campagne » connut des temps royaux. Attrapez votre clé et allez explorer les combles de cette demeure si particulière…

Babeth devint Madame Élisabeth de France …

Élisabeth de France est née le 3 mai 1764 à Versailles. Avant son quatrième anniversaire, « Babeth » comme la surnommait-on, était déjà orpheline. C’est la comtesse de Marsan et ses deux assistantes qui se chargèrent de son éducation. La princesse est douée pour les sciences et réalise même un outil qui sera utilisé par les astronomes et les navigateurs. Elle est également connue pour sa profonde piété et c’est d’ailleurs dans la religion qu’elle trouve refuge chaque fois que Marie Antoinette manifestait sa jalousie envers elle. Pendant quelques années, leçons d’histoire, de latin, de géographie, de langues vivantes ou encore de religion s’enchainent quotidiennement durant sept heures pour « Babeth ». La benjamine de la fratrie passe une enfance assez éloignée du tumulte de la Cour et de ses tribulations bien que rendant quotidiennement des visites à son cher grand-père Louis XV.  Dans les petits couloirs, se répand l’idée que Madame Élisabeth, tant elle est pieuse, pourrait être amené à revêtir le voile puisqu’au contraire de sa sœur Clothilde et leurs amies elle ne se marie pas, ni avec le roi de Naples, ni avec l’empereur Joseph II.

En 1783, elle reçoit de son frère un bien au charme enchanteur : le Domaine de Montreuil. Madame Élisabeth y passera alors du temps et c’est seulement lorsqu’elle fut majeure qu’elle put y dormir, à partir de mai 1789. Cette résidence est une sorte de havre de paix, de verdure et de simplicité pour elle. Fort des évènements révolutionnaires qui coïncident avec l’acquisition pour Madame Élisabeth de sa majorité, elle n’aura pas le loisir de passer beaucoup plus de temps dans sa « maison de campagne ».

En effet, le 5 octobre 1789, alors que la colère de sept à huit mille parisiens réclamant « du pain » est plus importante que jamais, Madame Élisabeth quitte hâtivement son Domaine de Montreuil pour se rentre au Château (à Versailles). Le lendemain, la grille du château est forcée et Madame Élisabeth est escortée avec Louis XVI, Marie Antoinette et leurs enfants par les révolutionnaires au palais des Tuileries (Paris). Au sein de cette prison, Madame Elisabeth de France reste pieuse et invente une prière qui n’est pas sans lien avec la situation qu’elle subit :

« Que m’arrivera-t-il aujourd’hui, ô mon Dieu, je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne m’arrivera rien que Vous ne l’ayez prévu de toute éternité. Cela me suffit, ô mon Dieu, pour être tranquille. J’adore vos Desseins éternels, je m’y soumets de tout mon cœur. Je veux tout, j’accepte tout, je Vous fais un sacrifice de tout ; j’unis ce sacrifice à Celui de votre cher Fils, mon Sauveur, Vous demandant, par son Sacré-Cœur et par ses Mérites infinis, la patience dans mes maux et la parfaite soumission qui Vous est due pour tout ce que Vous voudrez et permettrez. Ainsi soit-il. »  Madame Élisabeth de France (1764-1794)

Elle tente de fuir le pays, accompagnée de Louis XVI et de sa famille, le 21 juin 1791, en vain.  Le 10 aout 1791, la princesse est enfermée et restera une année entière au Troisième étage du Temple, son destin commence à basculer. A l’occasion du procès dirigé contre Marie-Antoinette, des documents compromettent Madame Élisabeth qui sera donc confrontée au Tribunal révolutionnaire le 10 mai 1794. Le chef d’accusation est d’avoir « fait passer les diamants qui étaient une propriété́ nationale à l’infâme Artois, son frère, pour le mettre en état d’exécuter les projets concertés avec lui et soudoyer des assassins de la patrie » comme le précise cet extrait de son jugement. Madame Élisabeth est amenée sur la « Veuve » quelques heures après le jugement et y perdit la vie.

Madame Elisabeth emmenée à son supplice

Quelques extraits d’une retranscription de son procès : « Président : Vous avez nécessairement d’accord avec la femme du tyran, provoqué le serment abominable prêté par les satellites de la cour d’assassiner et d’anéantir la liberté dans son principe, et vous avez également provoqué les outrages sanglants faits aux signes précieux de la liberté, qui ont été foulés aux pieds par tous vos complices. (…) Il est difficile d’accorder ces sentiments d’humanité dont vous vous parez avec cette joie cruelle que vous avez montrée en voyant couler des flots de sang dans la journée du 10 août. Tout nous autorise à croire que vous n’êtes humaine que pour les assassins du peuple, et que vous avez toute la férocité des animaux les plus sanguinaires pour les défenseurs de la liberté. Loin de secourir ces derniers, vous provoquiez leur massacre par vos applaudissements ; loin de désarmer les meurtriers du peuple, vous leur fournissiez à pleines mains les instruments de la mort, à l’aide desquels vous vous flattiez, vous et vos complices, de rétablir le despotisme et la tyrannie. Voilà l’humanité des dominateurs des nations, qui de tout temps ont sacrifié des millions d’hommes à leurs caprices, à leur ambition, ou à leur cupidité ! L’accusée Élisabeth, dont le plan de défense est de nier tout ce qui est à sa charge, aura-t-elle la bonne foi de convenir qu’elle a bercé le petit Capet de l’espoir de succéder au trône de son père, et qu’elle a ainsi provoqué la royauté ?

 Le Domaine avant, et depuis le passage de Madame Élisabeth

Le Domaine de Montreuil a vécu plusieurs vies, a traversé plusieurs siècles et s’est transformé au fil des ans. Au XIIème siècle, Montreuil est une simple et modeste seigneurie composée d’un petit manoir, de prairies et de marais avant de devenir une forteresse deux siècles plus tard. Le destin de l’édifice bascule sous Charles VI, il est démantelé et sur ses ruines une ferme naquit avec les Célestins de Paris.

Le domaine de Montreuil, la demeure chérie de Madame Elisabeth

Sous Louis XV, le Domaine retrouve de son prestige et devint un lieu huppé où Mme de Marsan et la famille de Guéménée emménagent en 1772. Dix ans plus tard, la famille de Guéméné doit céder cette propriété pour raisons financières et Louis XVI se porte acquéreur et l’achète 80 000 livres. En 1783, Louis XVI offre à Madame Élisabeth et elle fait aménager la maison par Huvé. C’est à cette période que le bâtiment prend son aspect actuel. Comme dans de nombreux autres lieux, le mobilier est mis aux enchères sous la Révolution et la propriété devient un hôpital militaire puis une manufacture d’horlogerie. Le Conseil Général des Yvelines achète le Domaine en 1983 et entame une grande rénovation des façades, restauration du mobilier et de nombreux travaux. Le bâtiment est désormais classé aux monuments historiques.

Quant au parc, il a été conçu par Alexandre-Louis Etable de La Brière, un des architectes du Roi Louis XVI, entre 1772 et 1782 comme un jardin romantique anglais. Il comporte plusieurs allées, une rivière, un potager, une montagne et une grotte ponctuaient la promenade. La princesse l’agrémente de fleurs et fait construire une pépinière ainsi qu’un petit jardin médicinal. Une laiterie, une Orangerie et une ferme sont également présents dans le domaine.

Le domaine, un écrin de verdure

Par Colombe Cissé pour Héritages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s