Saint-Tropez, du petit port de pêche au rendez-vous de la « jet set » internationale. 

Aujourd’hui connue pour attirer chaque été la « jet set », la commune de Saint-Tropez est dotée d’une histoire qui dépasse parfois ce que l’on en connait. En effet, cette presqu’île du Sud de la France demeure aujourd’hui sous la forme d’un village de pêcheurs qu’elle a prise dès le XVème siècle. Avoisinée par le village médiéval de Ramatuelle, on y on trouve des plages à la renommée internationale, et notamment connues pour le débarquement des Alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de l’opération « Anvil Dragoon ». 

Ce qui est aujourd’hui devenu un port de plaisance accueillant une population huppée était à l’origine un port de pêcheurs, de surcroît le troisième plus grand port de commerce de toute la Méditerranée au XVIIIème siècle. Ce succès apparemment intemporel et protéiforme du golfe de Saint-Tropez semble s’expliquer par sa situation géographique privilégiée et sa position littorale enclavée à l’abri du vent. 

Au XVème siècle, les Génois s’y installent et construisent le port avec l’accord du Comte de Provence. Protégé par le massif des Maures, le port de Saint-Tropez permet la circulation de nombreuses marchandises, étant l’un des seuls ports reliant le port d’Antibes au reste du monde. Toutefois, il fait face à la piraterie étrangère, aux invasions chrétiennes et musulmanes que la structure architecturale de la ville souhaite combattre. Ainsi, nous pouvons encore y observer des rues particulièrement étroites, celles-ci étant surplombées par la Citadelle afin de rendre plus difficiles les invasions ennemies. La renommé de Saint-Tropez se retrouve également dans la réputation de ses marins et pécheurs des siècles durant, en témoigne leur participation à la « parade d’Egypte » menée par Napoléon Bonaparte en 1798. 

Ce qui apparaît maintenant comme le cliché d’un mode de vie d’une certaine gente sociale, a été une véritable inspiration pour un grand nombre d’artistes. Dès le début du XXème siècle, des peintres comme Henri Matisse, Paul Signac et Charles Camoin viennent retranscrire le paysage tropezien dans leurs tableaux. Ainsi, le port, les toitures et les activités commerçantes de la ville deviennent sujets de leurs oeuvres, offrant d’ores et déjà à Saint-Tropez une certaine notoriété. D’autres figures, comme l’écrivain Colette, s’émerveillent de la beauté d’une extrême simplicité des lieux qu’elles décrivent. 

Cartes postales anciennes de la ville de Saint Tropez

Si l’on devait donner au Saint-Tropez que l’on connaît désormais, si ce n’est une date de naissance, du moins un événement en marquant l’avènement ; ce serait sans nul doute la sortie du film à succès « Et Dieu… créa la femme » en 1956. Cette célébrité, acquise à la fin des années 1950 ne cesse de croître notamment grâce à la série culte « Le Gendarme de Saint-Tropez » avec Louis de Funès, sortie moins de 10 ans après le célèbre film mettant en scène Brigitte Bardot. 

Photos des tournages « Et Dieu créa la femme » et « Le gendarme de Saint Tropez »

Par Philippine Smadja

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s