Napoléon III imitateur de Napoléon Ier ?

Qui n’a jamais entendu parlé des Bonaparte. Bien que leurs noms soient très connus du grand public, les actions de Napoléon Ier et de son neveu Napoléon III le sont peut-être un peu moins. On leur reconnaît volontiers quelques points communs, pourtant les deux empereurs sont rarement mis en parallèle. Ils partagent le même sang, bien sûr, mais également leur amour pour leur pays et leur envie de faire de la France une puissance mondiale. Alors concrètement, comment y sont-ils parvenus ? Napoléon III a-t-il pris son oncle comme modèle ou bien a-t-il façonné son propre parcours politique ? 

Leur arrivée au pouvoir

Même si leur arrivée au pouvoir est différente, les deux personnages ont dû faire face au même obstacle : gagner leur légitimité auprès des Français et ainsi instaurer l’empire. Evidemment, ils étaient légitimes lorsque Napoléon Ier fut sacré Empereur, puis lorsque Napoléon III fut élu président de la République. Cependant, contrairement à l’Ancien Régime pendant lequel les souverains recevaient leur pouvoir directement de Dieu, les deux empereurs ont dû, tout au long de leur règne, regagner leur légitimité auprès des Français. Par l’art et la presse, les deux hommes ont su le faire pendant des années.

En 1804, Napoléon Ier parvient à établir le Premier Empire. Ancien général de la Révolution Française, il se sert de ses victoires militaires pour s’imposer comme l’homme qui sauvera la France. Presque 50 ans plus tard, en 1852, son neveu Napoléon III se sert de son nom pour arriver à ses fins. S’il n’a pas le charisme de son oncle, on ne peut lui retirer sa volonté de fer pour faire revivre l’élan impérial. Il évoque la nostalgie du Premier Empire et de la grandeur de la France, insufflée par son oncle.

Innovations et transformation

Les deux hommes sont également de grands intellectuels à l’origine de nombreuses transformations sociales, politiques et économiques voulant faire de la France une grande puissance.

Nous vous en avions parlé lors de notre période sur Napoléon Ier (tous les articles sont à retrouver ici) : le premier empereur des Français est à l’origine de grandes institutions qui existent encore aujourd’hui. C’est lui qui, en mars 1804, met en place le Code civil qui organise notre vie en société (mariage, divorce, droit de propriété…). Il est également à l’origine de la Banque de France, de la Cour des comptes, de l’instauration des préfets, du lycée et du baccalauréat.

Le Second Empire est à l’origine de transformations importantes. Napoléon III développe considérablement l’industrie française, la met en avant à travers les Expositions Universelles auxquelles participent les dirigeants internationaux. Il voit l’expansion coloniale en Asie et en Afrique comme une mission civilisatrice, mais également comme un moyen de développer l’industrie française grâce aux nombreuses ressources et matières premières que l’on y trouve. Sous son règne les grandes villes sont réaménagées, le réseau de trains se développe, l’art change et l’on voit apparaître des grands noms en peinture, en musique, en mode… 

Guerre et politique étrangère

Napoléon Ier est considéré comme l’un des plus grands conquérants du monde. Il a entraîné la France au cœur de nombreuses guerres pour en assurer la prépondérance et en faire l’État le plus important d’Europe comme l’avaient fait ses prédécesseurs François Ier et Louis XIV notamment. Evidemment cela crée quelques tensions en Europe et provoque des batailles. On retient ses campagnes contre l’Autriche, contre la Russie, contre la Prusse ; en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Belgique… Cependant, par ses ambitions, il parvient à construire un empire gigantesque. 

A son arrivée au pouvoir, Napoléon III fut aussi, associé à Napoléon Ier par les puissances européennes, mais plus particulièrement par les Britanniques, qui virent en lui une menace directe à cause du risque de le voir continuer les projets de débarquement en Angleterre de son oncle. Cependant, le neveu ne veut pas faire moisson de gloires militaires, et les « invasions scares » ne furent fondées que sur de simples souvenances du début du siècle aggravées par le décès du Duc de Wellington en 1852, ce qui poussa les Anglais à mettre en alerte leur flotte située en Méditerranée pour empêcher les bâtiments stationnés à Toulon de rejoindre la Manche, d’autant plus que le nouvel empereur fut sacré un mois après. 

Par ailleurs, les innovations techniques de la Marine de guerre française avec la mise à l’eau de la Gloire, le premier cuirassé français en 1860, continuèrent à maintenir les Anglais dans un état d’inquiétude important. Ainsi, ils remirent en état les défenses côtières situées sur la Manche. En somme, même si les Anglais continuaient à se méfier, il y eut un véritable rapprochement diplomatique entre les deux puissances. 

En 1853, Français et Anglais, combattent ensemble en Crimée pour lutter contre l’expansionnisme russe. A leur victoire en 1856, la France regagne une place majeure dans le dialogue international.

Des récompenses militaires

Par ailleurs, le neveu imita l’oncle à travers la création de la Médaille Militaire, le 22 janvier 1852 destinée à récompenser les hommes de troupes, les sous-officiers et les officiers les plus méritants à l’instar de la Légion d’Honneur créée par Napoléon Bonaparte le 19 mai 1802. Cette décoration militaire dont le ruban est jaune et vert porte la devise : « Valeur et Discipline ». Elle est encore décernée aujourd’hui.

Médaille Militaire Second Empire, collection personnelle de l’auteur ; Famille BERTRAND

Ces deux hommes ont donc, tout au long de leur règne, servi la France et se sont battus pour en faire une puissance reconnue dans le monde entier. Bien que Napoléon III se soit servi, avec fierté, du nom de son oncle pour se faire une place en politique, il avait une approche bien différente de celle de son oncle. 

Lucas Bertrand, Anne-Charlotte Phan

Sources :