L’héraldique ou la science du blason

Histoire de France, Moyen Âge central

« Sur mon blason je préfère avoir une tache de sang à une tache de boue »

T.Gautier.

Cette citation de Théophile Gautier résume à peu près l’état d’esprit du chevalier modèle et de la relation qu’il entretient avec son blason, marqueur de son identité. Le blason est avant tout un signe distinctif, une marque d’appartenance à un groupe. A l’origine, le blason était utilisé afin de pouvoir distinguer les chevaliers et leurs camps à l’occasion de joutes ou de batailles. Le héraut d’armes, qui est l’organisateur de tournois devient le spécialiste du blason. Il donne son nom à la discipline consacrée à l’étude de ceux-ci : l’héraldique. C’est celui qui va définir les règles et réaliser des listes de blasons appelées armoriaux. Mais quelles étaient donc ces règles autour du blason ? Essayons de comprendre la science de l’héraldique.

La Tapisserie de Bayeux

Moyen Âge central

Tapisserie de Bayeux : un objet de convoitise vieux de dix siècles

En juillet 2018, dans le contexte du Brexit, Emmanuel Macron a officiellement annoncé le prêt de la fameuse Tapisserie de Bayeux à la Grande-Bretagne, le prêt étant consenti à compter de 2020. En réalité, ce projet culturel cache des contrats économiques importants entre les deux pays, en désaccord alors sur de nombreux sujets, et donc plutôt que d’être l’objet d’un beau geste gratuit, la Tapisserie de Bayeux sert surtout d’atout diplomatique en vue de négociations. Mais alors, pourquoi cette tapisserie est-elle tant désirée par les Anglais ? Plus encore, comment a-t-elle pu être au cours de l’histoire, et est encore aujourd’hui, un objet de convoitise, alors qu’il s’agit concrètement d’une simple broderie ?

La Tapisserie de Bayeux, longue de 70 m de long.

Le récit épique d’un événement politique majeur : la conquête de l’Angleterre

Que raconte-t-elle, cette fameuse tapisserie ? Rien de moins que la célèbre bataille d’Hastings, en 1066 ! Cet affrontement massif entre deux armées colossales, l’armée anglo-saxonne et l’armée normande dirigée par Guillaume duc de Normandie, a marqué un tournant majeur dans l’Histoire, par la victoire des normands et sa conséquence : le règne de Guillaume le Conquérant.

Notre Dame de la Belle Verrière, Cathédrale de Chartres

Moyen Âge central, Non classé, Patrimoine religieux

Notre Dame de la Belle Verrière, une oeuvre d’art miraculée…

Lors de l’incendie de 1194, la cathédrale romane de Chartres est dévastée. De cette tragédie seuls quelques vitraux réalisés au XIIème siècle sont restés intactes, miraculeusement épargnés par le feu. Parmi ces quelques chanceux nous pouvons citer les panneaux datant de 1180 et représentant la Vierge Marie tenant sur ses genoux l’Enfant Jésus. Rapidement l’Eglise fut reconstruite et ce selon les principes de l’architecture gothique, architecture permettant notamment au vitrail de prendre davantage d’ampleur, et donc de visibilité, notamment grâce aux grandes dimensions des baies. De plus, il est important de rappeler que ces verrières, réalisées sur place au XIIIème siècle font parties d’un ensemble majeur considérés comme l’un des mieux conservés de cette période, une raison de plus de venir visiter la cathédrale !