Héritages

Une fois encore, voici quelques actualités culturelles.

Exposition au musée des Beaux-arts de Dijon : A la mode, l’art de paraître au XVIIIe siècle, du 13 mai au 22 août 2022.

Cette exposition réalisée en collaboration avec le Palais Galliera, le musée d’Arts de Nantes ou encore le musée de la Mode de la ville de Paris, permettra de découvrir ou redécouvrir la mode et les costumes du XVIIIe siècle à travers la peinture ou par l’exposition de pièces textiles à l’intérieur du palais de Etats de Bourgogne. Pour Sandrine Champion-Balan, conservatrice en chef et responsable des collections modernes du musée des Beaux-arts de Dijon, « on renoue avec une programmation assez ambitieuse d’expositions temporaires, et pour la première fois à Dijon, nous accueillons des textiles et des costumes. C’est ce qui m’intéressait, de croiser des arts visuels avec des costumes ».

Les différents costumes exposés et leurs représentations dans les arts au siècle des Lumières serviront à dépeindre une société en mutation, faisant une place grandissante à la mode, qui est un phénomène nouveau. Le style français sera exporté par l’aristocratie et la bourgeoisie à travers les cours d’Europe et montrera au grand jour une nouvelle conception du corps, destiné dans les hautes classes de la société, à être mis en scène.

L’exposition se divise en quatre univers, navigant entre la peinture et la fabrique de la mode dans les manufactures de textiles. Le premier tableau montre l’accélération du phénomène de la mode, donnant lieu à une compétition féroce entre aristocratie et bourgeoisie. Un second vient appuyer sur l’importance des peintres dans cette fabrique de la mode tandis qu’un troisième montre comment l’imaginaire des peintres à permis la création de pièces uniques et iconiques. Enfin, la dernière partie fait la part belle au déshabillé, vêtement masculin et féminin délaissé des garde-robes, et de son évolution à travers l’Histoire, du voile des vestales à la robe de chambre.

L’exposition est gratuite, alors pressez-vous pour faire de Dijon, le temps d’une saison, la capitale française de la mode !

Le musée des Beaux-arts de Rennes acquiert une statue équestre de Louis XIV !

C’est un beau jour pour le musée des Beaux-arts de Rennes. En effet, grâce au mécénat de Bruno Caron, fondateur et président du groupe alimentaire Norac, le musée de province à pu acquérir une statue équestre de Louis XIV en bronze, réalisée par Antoine Coysevox, mesurant 94cm, pour la somme de 2,37 millions d’euros.

La statue était alors conservée dans la collection d’une famille aristocratique anglaise, avant d’être confiée à la maison de vente Christie’s pour être vendue. Avant de rejoindre la Bretagne, la statue sera exposée jusqu’au 5 septembre 2022 au Louvre, au milieu des statues de Girardon, Puget et autres superbes réalisées pendant le règne du Roi-Soleil.

Il s’agit d’un chef d’œuvre de l’un des sculpteurs les plus en vue de Versailles pendant le Grand siècle, ayant notamment réalisé les statues de Neptune et d’Amphitrite pour les jardins du château de Versailles. Ce bronze est la seule statue équestre conservée de l’artiste. Elle est reconnue comme présentant un « intérêt patrimonial majeur », et la ville de Rennes saura à coup sûr valoriser cette réalisation.

Deuxième édition de la Menart Fair, foire dédiée à l’art du Moyen-Orient et du Maghreb

La foire dévolue à l’art des pays arabes refait surface pour une seconde édition après celle de 2021, ayant réunie plus de 2500 visiteurs en quatre jours à Paris. Celle-ci se tiendra du 19 au 22 mai 2022 au 6 avenue Hoche, dans les locaux de la maison de vente Cornette de Saint-Cyr.

Les meilleures créations contemporaines des artistes du Moyen-Orient, des pays du Golfe et du Maghreb sont présentées. Ce sont 18 galeries originaires de douze pays différents qui exposent les œuvres de plus de 80 artistes, parmi lesquels la galerie Art of 56th (Beyrouth), ou Salahin (Paris), représentant des artistes libanais. L’objectif annoncée par la Foire d’art contemporain est de faire dialoguer plusieurs cultures entre elles à travers des scènes artistiques parfois inconnues.

Cette foire transportera le spectateur au cœur d’un orient chaleureux, lumineux et envoûtant, tout en lui permettant d’échanger avec les galeristes présents.

Antoine Brucker 

Réouverture du musée de cluny

Le musée de Cluny a rouvert le 12 mai 2022 après plus de 7 ans de travaux. Cette rénovation complète présente les collections de l’institution selon un ordre chronologique et la nouvelle scénographie comporte davantage de luminosité et d’espace… Malheureusement, la lumière occulte parfois certaines vitrines et certains cartels sont un imprécis. Néanmoins, ces aménagements permettent de mieux comprendre cette période historique qui souffre trop souvent de sa réputation de « Dark Age » (pour citer une expression anglo saxonne).

J’y suis allée pour la première fois lors de la nuit européenne des musées. La visite fut passionnante et ne m’a pas déçue. J’ai trouvé plaisante la façon dont sont disposés les divers objets et Å“uvres d’art et apprécié la clarté de leur explication. La transition entre les diverses époques m’a paru cohérente et bien effectuée. Ainsi, je recommanderai vivement la découverte de ce musée à tout personne aimant le Moyen Age. On y découvre le Moyen-Âge dans sa globalité artistique et historique

Une visite nécessaire pour découvrir les splendeurs de l’ère médiéval.

Lucas Bertrand, Marie de Saint-Rémy