Héritages

​En 1830, le royaume de Sardaigne, ancien duché de Savoie, décide de la construction d’un ensemble de forts de long de sa frontière avec la France. Au centre de cet ensemblequi Ã  mi-distance entre Annecy et Nice venait barrer la vallée de la Maurienne se trouvent les forts de l’Esseillon. Construiteentre 1 200 et 1 500m d’altitude, cette formidable barrière aurait sans doute interdit toute invasion française. Mais c’était sans compter les aléas de la politique, qui firent de l’ancien duché de Savoie le royaume d’Italie, en contrepartie de la Savoie et de Nice, cédées à la France en 1860. Dépourvus dès lors d’utilité, et rapidement rendus obsolètes par les progrès de l’armement, les forts furent peu à peu abandonnés et ne virent jamais le combat, et servirent au contraire de prison durant la Seconde Guerre Mondiale. 

The fort of l’Esseillon, Val de Maurienne, France, par William Turner, 1836.

Patrimoine et conservation

Sans attendre leur classification aux Monuments historiques en 1983, c’est en 1972 que l’Association des forts de l’Esseillon, créée en 1970, commença ses travaux de restauration bénévole. Active sans interruption depuis, elle organise pour ce faire un chantier d’été chaque année durant les mois de juillet et d’août. Le toit (mais pas le couchage) et le repas sont compris pour les bénévoles, à raison d’un forfait de 9€ par jour. La durée du séjour est variable, bien que 10 jours soient recommandés. Détail pratique : l’association se propose d’organiser le trajet de la gare la plus proche jusqu’au fort. Plusieurs édifices ont déjà été restaurés.

Vue des forts de haut

Visiter les forts

​C’est grâce au dévouement et au travail de l’association que l’un des bastions a pu devenir un centre culturel doublé d’un gîte-restaurant qui permet aux forts d’être une étape du parc de la Vannoise. Leur cadre naturel de haute montagne leur permet en effet de s’intégrer à un séjour estival dans les Alpes, d’autant que les forts proposent plusieurs randonnées de difficulté et de longueur variable, en libre pleine nature ou interactive et guidée dans les forts, ainsi qu’une via ferrata. L’entrée est libre et gratuite, et des visites accompagnées sont proposées. La commune d’Aussois, sur laquelle sont situés les forts, compte également d’autres attractions, comme des cascades, du canyoning, des randonnées à dos d’âne, des sites d’escalade ou de parapente, une station de ski, ou encore un très impressionnant barrage.   

Liens utiles
Association des forts de l’Esseillon : https://m.facebook.com/Association-les-Forts-de-l-Esseillon-119155024765961/
Récapitulatif de l’histoire des forts : https://patrimoines.savoie.fr/web/psp_22533/forts-de-l-esseillon
Le site de la Haute Maurienne Vannoise : https://www.haute-maurienne-vanoise.com/ete/aussois/station/incontournable/les-forts-de-lesseillon/
Le fort Marie-Christine (gîte et restaurant) : https://www.fort-mariechristine.com/
La redoute Marie-Thérèse (centre touristique organisant les visites, ouvert de juin à septembre) : http://www.redoutemarietherese.fr/

Par Paul Morelli pour Héritages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *