Highlighter, gloss ou fleur d oranger ? Les cosmétiques au XVIII ème siècle

Histoire de France, Louis XVI

« Loin ces études d’œillades, / Ces eaux, ces blancs, ces pommades, / Et mille ingrédients qui font des teints fleuris : / A l’honneur tous les jours ce sont drogues mortelles ; / Et le soin de paraître belles / Se prennent peu pour les maris. » Cette deuxième « maxime du mariage » d’Arnolphe, dans L’école des Femmes de Molière laisse, bien qu’en négatif, entrevoir ce que sont les cosmétiques sous l’Ancien Régime : des objets de paraître aux yeux du monde, à la composition parfois nocive… ce qui change en grande partie au XVIIIe siècle par un ensemble de facteurs tant matériels que sociaux, que nous nous proposerons d’analyser ici. Partons donc à la découverte des cosmétiques sous le règne de Louis XVI, en faisant un petit excursus dans les temps plus anciens afin d’en comprendre les origines !